Visite de l’ambassadeur à un projet financé par l’AFD de promotion des pratiques en agroécologie sur le - Chittagong Hill Tracks

Assurer la sécurité alimentaire pour tous exige que nous travaillions à la fois pour réduire la pauvreté et pour lutter contre le changement climatique. Le gouvernement français, par le biais de l’Agence française de développement (AFD), souhaite promouvoir l’agro-écologie au Bangladesh dans l’objectif de répondre à ces enjeux.

Dans ce contexte, l’ambassadeur de France et son épouse ont visité le projet de promotion des pratiques agro-écologiques dans la région des Chittagong Hill Tracts financé par l’AFD, mis en œuvre par le Secours Catholique-Caritas France et Caritas Bangladesh.

L’objectif global de ce projet est d’améliorer la sécurité alimentaire et la résilience au changement climatique de la population vulnérable de la région. Il vise également à garantir que les populations autochtones aient accès à la sécurité sociale et à la terre, et à développer une coopération globale autour de la recherche et du développement en agro-écologie. Actuellement, 2300 familles bénéficient directement de ce projet, dont 50% de femmes.

En termes d’atténuation, l’agro-écologie conduit à de très faibles niveaux d’émission de GES, en raison de l’absence ou de l’utilisation minimale d’intrants externes. De plus, l’agro-écologie stimule les systèmes alimentaires locaux qui favorisent la résilience et l’adaptation au changement climatique. L’Ambassade de France et l’AFD ont visité plusieurs champs pour mieux comprendre comment Caritas Bangladesh encourage les petits exploitants à utiliser des variétés spécifiques de semences de riz et d’autres aliments de base résistants à la salinité et aux cycles de culture plus courts. De plus, grâce à la non utilisation de pesticides, les populations économisent de l’argent sur les intrants et favorisent une plus grande diversité en matière de biodiversité, ce qui permet, grâce à la diversification des cultures, de mieux s’attaquer au problème des parasites, de résister aux chocs climatiques extrêmes et de renforcer la sécurité alimentaire.

Cette visite a permis de comprendre comment l’agro-écologie renforce l’autonomie des petits exploitants en renforçant leur capacité à sortir de la pauvreté. Le projet promeut une production agricole diversifiée et de qualité, ancrée dans un territoire, ses ressources naturelles, son climat, son écosystème ainsi que la connaissance des populations locales. En tant que tels, les petits exploitants ne sont pas obligés de dépendre de provisions extérieures coûteuses, qu’il s’agisse d’intrants, de semences ou même d’agriculture contractuelle.

Dernière modification : 10/11/2019

Haut de page