Recrutement professeur résident à Dhaka

PDF - 113 ko
(PDF - 113 ko)

RECRUTEMENT PROFESSEUR DES ECOLES RESIDENT

L’Ecole Française Internationale de Dacca, établissement conventionné avec l’AEFE, recrute un/une
enseignant(e) titulaire de l’Education Nationale avec un contrat de résident pour le 1° septembre
2016
Profil du Poste :
- Le/la candidat(e) sera chargé(e) d’une classe élémentaire (cycle 2).
- Il/elle devra être capable de travailler en équipe dans le cadre d’un dispositif bilingue et sera
chargée de l’enseignement en/du français.
Situation administrative :
- En détachement, le/la candidat(e) devra être titulaire de l’Education Nationale.
- Il/elle sera placée sous l’autorité du Chef d’établissement.
- Il/elle continuera de progresser dans la carrière (ancienneté, changement d’échelon…).
Procédure
Faire parvenir par mail, à directeur-efid@bol-online.com un dossier de candidature téléchargeable
sur le site de l’AEFE, dans l’onglet recrutement des résidents
Condition de vie à Dacca
Si vivre à Dacca est somme toute agréable, il n’en reste pas moins que la ville présente les
inconvénients d’une grande métropole sud-asiatique. Les expatriés vivent principalement dans deux
quartiers où se concentrent les écoles et les ambassades mais aussi les restaurants et nombre de
commerces. Le trafic automobile est très dense et ne permet pas de déplacements aisés. Le vélo, les
Rickshaws mais aussi, si besoin est, la location au mois avec chauffeur d’une voiture (env. 350
euros/mois) sont les moyens à privilégier. Il est tout à fait possible de se déplacer dans le pays en
empruntant les bus, le train ou encore les vols domestiques. L’aéroport de Dacca propose des
liaisons régulières avec tous les pays limitrophes (AR Dacca-Bangkok pour environ 350 euros)
Les températures sont globalement hautes tout au long de l’année avec un redoux pendant les mois
d’hiver (novembre-février). La saison des pluies s’étend d’avril à fin aout. Elle est particulièrement
chaude (40-50°) et humide. Dacca ne compte pas parmi les zones impaludées mais les moustiques
n’en restent pas moins vecteur potentiel de la dingue. La ville compte des hôpitaux vers lesquels
l’expatrié peut s’orienter en cas de besoin (consultation, dentiste, etc.)
La situation politique et sociale du pays demeure depuis plusieurs mois tendue et de nombreux
incidents surviennent quasi quotidiennement. Mais il est important de souligner que les intérêts
étrangers ne sont en rien visés. Il règne dans Dacca, et particulièrement dans les deux quartiers
expatriés, un climat de sécurité.
Le Bangladesh est en pays à majorité musulmane. L’islam y est particulièrement modéré. Pour les
femmes, une tenue correcte suffira. Elles peuvent se déplacer seule, conduire, faire leur course sans
jamais être inquiétées. Il est inutile par exemple de se couvrir les cheveux. Les tenues occidentales
sont parfaitement admises. De façon générale, les locaux se montrent accueillants, souvent curieux,
mais bienveillants.
De nombreux clubs existent à Dacca dont les expatriés peuvent être membres. Les clubs offrent la
possibilité à leurs membres de se rencontrer, de consommer de l’alcool, de se restaurer et de
pratiquer des sports (tennis, football, stretching, yoga, etc.)
Si la langue du pays est le bengali, la plupart des habitants de Dacca seront à même de converser
dans un anglais rudimentaire.
· Coût de la vie
Dans l’ensemble, la vie au Bangladesh reste peu chère même si les prix sont globalement à la hausse,
notamment pour les loyers. Il faut compter entre 600 et 800 euros pour un appartement dans les
quartiers résidentiels (120 m2). Il est aussi coutumier de voir des expatriés partager un grand
appartement. Des offres sont régulièrement publiées.
On trouve de nombreuses superettes bien achalandées, avec des produits locaux mais aussi
d’importation. La ville compte pléthore de restaurants de qualité et d’origines très variées, tout à fait
abordable (ex : buffet cuisine indienne pour 8 euros).
Il est possible de s’adjoindre les services d’une femme de ménage (env. 50 euros/mois pour un mitemps)
ou encore d’une cuisinière.
De nombreuses banques sont implantées à Dacca et dans toutes les grandes villes du pays et
possèdent des ATM acceptant les cartes VISA ou MASTERCARD.

Dernière modification : 06/04/2016

Haut de page