Mariage

Mariage devant les autorités locales (si l’un des futurs conjoints est français)

1. Les conditions de compétence des autorités locales pour célébrer un mariage

Au Bangladesh, les mariages sont célébrés religieusement entre un homme et une femme pratiquant la même religion. Qu’ils soient musulmans, chrétiens, hindous, bouddhistes ou autres, les mariages doivent être célébrés dans le respect de la loi bangladaise, par des officiants religieux dûment habilités.
Sous certaines conditions (voir loi sur les mariages dits "spéciaux"), des mariages entre personnes athées (ou ne pratiquant pas la même religion) peuvent également être célébrés au Bangladesh, par des officiants civils ayant été spécifiquement habilitées à cette fin par les autorités bangladaises.
Les autorités locales sont compétentes pour célébrer tous les mariages au Bangladesh, quelle que soit la nationalité des époux.

2. Les formalités préalables au mariage

Après constitution d’un dossier (liste des pièces à fournir (cliquer ici) et formulaires (cliquer ici et ici)) et audition des futurs époux, l’ambassade procèdera à la publication des bans dans ses locaux et, si l’un des futurs époux est domicilié en France, à la mairie de son domicile. Après 10 jours d’affichage et une fois reçu le certificat de non-opposition envoyé par la mairie française, l’ambassade vous délivrera un certificat de capacité à mariage (environ deux mois après l’audition)

Les formalités préalables au mariage constituent une formalité obligatoire et permettent par la suite de faciliter la transcription de l’acte de mariage étranger sur les registres consulaires français

3. La célébration du mariage par les autorités locales

Les futurs époux doivent se renseigner directement auprès des autorités locales et de l’officiant religieux qui célébrera le mariage.
Quel que soit le type de mariage, postérieurement à la célébration, une copie intégrale originale de l’acte de de mariage doit être délivrée aux époux :
- soit par l’officier de l’état civil (le "Registrar") ayant enregistré le mariage dans le cas des mariages musulmans ou hindous,
- soit par l’officiant qui a célébré/enregistré le mariage dans les autres cas.

4. La transcription de l’acte de mariage sur les registres consulaires français

Une fois le mariage célébré, le conjoint français peut solliciter la transcription de son acte de mariage sur les registres consulaires français, sur présentation :

  • du formulaire de demande de transcription du mariage (cliquer ici)
  • d’une copie intégrale originale de l’acte de mariage légalisé par le Ministère bangladais des Affaires étrangères du Bangladesh et traduit en français (cliquer ici)
  • le cas échéant, de la copie intégrale des actes ou jugements dont la mention doit être portée en marge de l’acte de mariage ;
  • le cas échéant, de pièces complémentaires (cliquer ici et ici), en cas de mariage sans obtention préalable d’un certificat de capacité à mariage.

A partir de la date du dépôt de la demande de transcription, un délai moyen de deux à quatre semaines est nécessaire pour procéder à cette formalité et permettre la délivrance de copies de l’acte de mariage et du livret de famille.

5. Copies et extraits de votre acte de mariage

Par la suite, vous pourrez obtenir une copie intégrale ou un extrait de votre acte de mariage en replissant le formulaire de demande en ligne : https://pastel.diplomatie.gouv.fr/dali ou en vous adressant à l’ambassade (cliquer ici).

Mariage à l’ambassade (si les deux futurs conjoints sont français)

1. Les conditions de compétence de l’ambassadrice pour célébrer un mariage

L’ambassadrice est compétente pour célébrer un mariage à l’ambassade :

  • si les deux futurs époux sont français et si aucun d’entre eux ne détient la nationalité bangladaise ;
  • et si l’un d’eux, ou l’un de leurs parents, a son domicile ou sa résidence établie au Bangladesh.
2. La constitution du dossier de mariage

Si vous remplissez ces conditions (cliquer ici), vous devez contacter l’ambassade dès que possible afin de constituer votre dossier de mariage (cliquer ici)

3. La publication des bans

La publication des bans est une formalité obligatoire qui précède la célébration du mariage. Elle consiste en l’affichage de votre projet de mariage dans les locaux de l’ambassade et, si l’un des futurs époux est domicilié en France, à la mairie de son domicile.

Au terme de 10 jours francs d’affichage et, le cas échéant, après réception du certificat de non-opposition envoyé par la mairie française, un certificat de capacité à mariage est délivré. Le mariage peut alors être célébré.

L’audition

Vous pouvez être convoqué à l’ambassade ou auprès de la mairie de votre domicile en France pour une audition avec ou sans votre conjoint. Cette audition a pour objectif de vérifier que le mariage est conforme au droit français. Elle peut être réalisée, suivant le cas, avant la publication des bans ou à l’occasion de l’instruction de la demande de transcription de l’acte de mariage étranger.

A l’issue de cette audition, si l’ambassade a des doutes quant à la validité du projet de mariage ou du mariage célébré, le dossier pourra être soumis à l’appréciation du procureur de la République auprès du tribunal de grande instance de Nantes.

Annulation d’un mariage

Les causes principales d’annulation d’un mariage :

  • Minorité du conjoint français : l’âge minimum légal requis pour le mariage d’un Français est de 18 ans pour les hommes et pour les femmes.
  • Défaut de consentement, notamment défaut d’intention matrimoniale : lorsque l’un des conjoints, ou les deux poursui(ven)t des buts étrangers à l’institution matrimoniale (obtention d’un titre de séjour, nationalité française…).
  • Défaut de comparution personnelle de l’époux français : tout mariage d’un Français requiert sa comparution personnelle lors de la célébration. Le mariage par procuration n’est pas valable.
  • Bigamie : mariage célébré avant la dissolution de la précédente union.
  • Empêchements prohibitifs : le mariage est prohibé entre ascendants et descendants et les alliés dans la même ligne, entre le frère et la sœur ainsi qu’entre l’oncle et la nièce, la tante et le neveu.
  • Mariage forcé : si vous avez été marié(e) de force ou si vous craignez de l’être, rapprochez-vous des services de l’ambassade.
  • Mariage non célébré publiquement
  • Mariage célébré devant un officier de l’état civil incompétent.

Contrat de mariage

En l’absence de démarche particulière, les époux sont soumis au régime de la communauté légale. Si les époux ou futurs époux veulent opter pour un autre régime matrimonial, ils doivent passer un contrat de mariage.

Le contrat de mariage doit être établi avant le mariage soit par un notaire en France, soit par l’autorité locale compétente (pour plus de détails, cliquer ici). Une copie de ce contrat doit être remise à l’officier de l’état civil avant la célébration du mariage si celle-ci doit avoir lieu à l’ambassade ou au moment de la demande de transcription si le mariage a été célébré par les autorités locales.

Inscription dans le livret de famille des enfants du couple

Pour que vos enfants soient inscrits dans le livret de famille qui vous est délivré, vous devez fournir à l’ambassade la copie de leur(s) acte(s) de naissance français.

Pour en savoir plus : consultez le site FranceDiplomatie

Dernière modification : 11/09/2018

Haut de page