La France candidate au Conseil des droits de l’Homme des Nations Unies

Les droits de l’Homme font partie des valeurs fondatrices de la République française et de sa politique étrangère. C’est dans le but de promouvoir les plus hauts standards de protection des droits de l’Homme que la France présente sa candidature au Conseil des droits de l’Homme.

PNG

Elle a ainsi engagé depuis 2011 une campagne en vue de recueillir le plus grand nombre de soutiens pour cette élection. La ministre déléguée chargée de la Francophonie, qui est intervenue à l’ouverture de la session du CDH6, le 25 février 2013 à Genève, a rappelé à cette occasion la candidature de la France.

L’élection se tiendra en novembre 2013, à New York. Les membres du Conseil des droits de l’Homme sont élus directement et individuellement à scrutin secret par la majorité absolue des membres de l’Assemblée générale des Nations Unies. Les Etats ne sont placés en concurrence qu’au sein de chaque groupe géographique. Deux sièges sont à pourvoir au sein du groupe occidental (WEOG) pour cette élection.

Pour mémoire, la France a déjà siégé au CDH de 2006 à 2011. Elle avait été réélue en mai 2008 dans le cadre d’une élection concurrentielle ( 3 pays candidats pour 2 sièges à pourvoir dans le groupe WEOG) au terme d’une campagne intense, en obtenant 123 voix à l’Assemblée générale (contre 120 pour le Royaume-Uni également élu, et 119 pour l’Espagne - non élue) Il n’est en revanche pas possible pour un Etat d’accomplir plus de 2 mandats consécutifs, raison pour laquelle la France et le Royaume-Uni ont depuis 2011 un statut d’observateur.

Si la France est élue, elle s’engage à assurer la promotion et la protection de l’ensemble des droits de l’Homme et jouer un rôle clé dans la lutte contre toutes les formes de discrimination :

- Soutenir la réalisation progressive du droit à l’éducation, du droit à la santé, du droit à l’alimentation et du droit à l’eau et à l’assainissement et promouvoir les Principes directeurs sur l’extrême pauvreté et droits de l’Homme ;
- Renforcer la mobilisation internationale pour le respect des droits des femmes ainsi que l’élimination de toutes les violences faites aux femmes et les discriminations à leur égard et s’assurer de la mise en œuvre effective des résolutions "Femmes, Paix et Sécurité" ;
- Poursuivre son engagement en faveur des droits de l’enfant et de la lutte contre l’utilisation d’enfants dans les conflits armés ;
- Promouvoir la liberté d’opinion et d’expression et soutenir les actions des défenseurs des droits de l’Homme et de la société civile, notamment dans le cadre de manifestations pacifiques ;
- Encourager les Etats à lutter contre les détentions arbitraires, la torture et les disparitions forcées et continuer à œuvrer à la ratification universelle de la Convention internationale pour la protection de toutes les personnes contre les disparitions forcées ;
- Intensifier la lutte contre l’impunité et promouvoir le droit à la justice, à la vérité notamment à travers le soutien à la justice pénale internationale ;
- Promouvoir les Principes directeurs relatifs aux entreprises et aux droits de l’Homme et soutenir leur mise en œuvre ;
- Maintenir une participation active et constructive dans tous les organes et mécanismes de promotion et de protection des droits de l’Homme dont les procédures spéciales,les organes des traités et les dispositifs de surveillance ou d’enquête relatifs à la situation des droits de l’Homme dans le monde.

Pour en savoir plus :
- Les droits de l’Homme : une priorité de la politique étrangère de la France sur le site France Diplomatie

Dernière modification : 24/04/2013

Haut de page